ALLERGIE SAISONNIERE, LA MANIFESTATION D'UNE CAUSE INTERIEURE ?

Mis à jour : mai 12



L’allergie pollinique (rhume des foins, allergie au pollen, rhinite allergique ou saisonnière), est une réaction à un ou plusieurs types de pollen.

Les pollens servent à fertiliser les plantes, on distingue 3 groupes principaux pouvant déclencher une allergie pollinique :

- les arbres : aulne, cèdre, châtaignier, cyprès, érable, frêne, noyer, peuplier …

- Les graminées : fléole des prés, dactyle aggloméré, raygrass anglais …

- Les herbes : armoise, ambroisie, plantain, pariétaire, chénopode …


Une allergie est une réponse suractivée du système immunitaire à un antigène extérieur. La substance allergène n’entraine pas de réaction chez la plupart des gens, mais elle est identifiée comme dangereuse par le système immunitaire de l’allergique. L’inspiration ou le contact direct avec le pollen entraîne donc une libération d’histamine, qui mène à une inflammation de la conjonctive des yeux et de la muqueuse nasale.

Les principaux symptômes peuvent être :

- Les crises d’éternuement

- Le nez bouché / écoulement nasal

- Les yeux larmoyants et qui picotent

- La respiration difficile et sifflante, la toux apparait

- Démangeaisons au niveau du palais, nez, et oreilles

- Maux de tête

- Une irritabilité, une fatigue peut se faire ressentir

Chez la moitié des allergiques au pollen, tous ces symptômes sont associés à une conjonctivite. Dans les cas les plus sévères, cela peut aboutir par une crise d’asthme et dans de rares cas, lors d’un contact direct avec la peau (souvent en milieu humide), des personnes très allergiques peuvent aussi développer de l’urticaire.


Si l’allergie traduit un déséquilibre de terrain, comprendre les causes à un niveau plus symbolique permet de décoder la manifestation d’une mémoire ancienne.


L’aspect psychosomatique


L’allergie résulte bien souvent d’une cause intérieure, c’est souvent le moyen par lequel le corps indique que l’on vit un état d’agressivité et d’hostilité par rapport à une personne ou une situation quelconque, un profond niveau d’intolérance : l’allergie est une défense et un signe que son Moi se protège. - A quoi suis-je allergique ? Qu’est ce qui cause réellement l’irritation et la forte réponse émotionnelle de mon corps ? - Ce sont des questions qu’on mérite de se poser pour comprendre si cette allergie est le moyen que l’on utilise pour exprimer des émotions refoulées.

Dans tous les cas, l’allergie fait référence au passé qui contrarie ou agace le présent. Ainsi à la base de l’allergie, il y a toujours une notion d’irritabilité ou de frustration associée à un produit ou une situation pour nous rappeler ce malaise à intégrer ou conscientiser.

Le rhume des foins nous ramène à la difficulté d’aller de l’avant, de vivre de l’aventure car la nouveauté nous fait peur et nous sommes anxieux face aux changements dans notre vie. Il est certain que l’on peut s’attirer une allergie pour diverses raisons mais une chose est certaine : on étouffe ou on se sent étouffé par une situation ou une personne.

L’allergie au pollen apparait souvent chez une personne qui se sent inférieure, qui craint la réaction d’autrui, rigide et qui reste emprisonné dans de vieilles habitudes.

La première manifestation du rhume des foins peut avoir été inconsciemment reliée à un événement marquant où l’on a probablement vécu de fortes émotions. Lorsque la même période revient, notre corps se souvient et l’allergie apparait. Il est donc essentiel de prendre conscience de cet évènement pour stopper cette manifestation répétée : le rhume des foins n’est alors qu’un signe pour aider à stopper et trouver la cause profonde du malaise.


Conseil de naturopathe


Régler cet aspect émotionnel est nécessaire car c’est un facteur favorisant/déclenchant des allergies. Plus la sensibilité est grande, plus le risque est important. Il faut donc veiller à gérer son stress : avec des thérapies si besoin, de la méditation, qi gong, sophrologie, exercices de respiration, affirmations, visualisations, lecture positive, fleurs de Bach …

Les balades en nature permettent également de se ressourcer en plus d’apporter une bonne oxygénation.

Mais cela ne doit pas s’arrêter là, la notion de globalité est essentielle : tout notre corps et nos habitudes doivent être remis en place.

#1 Dois-je revoir mon alimentation ?

Oui ! L’alimentation fait partie intégrante de notre bonne santé. Il est donc primordial de prendre cet axe en considération :

- Une cure détox est vivement recommandée durant la période du printemps afin de nettoyer le corps en profondeur

- Éviter au maximum l’alimentation industrielle, les produits laitiers de vache, les farineux et sucres raffinés qui rajoutent des toxines, et écarter les aliments riches en histamine et tyramine qui aggravent le processus d’allergie (bière, cidre, vin blanc, charcuterie, fromage, fraise, ananas, mangue, cacahuète, chocolats, …)

- Privilégier une alimentation biologique, vitalisante, majoritairement végétarienne, des légumes et fruits frais crus, ou cuits à la vapeur, légumineuses, céréales semi complètes ou complètes, matières grasses type oméga 3 (huile olive, noix, lin, oléagineux, poissons gras …)

- Miser sur les oignons rouges et jaunes, les pommes de terre, ail, brocolis, jus de raisin noir pour leur richesse en quercétine, molécule anti-allergique par excellence.

- Consommer de l’huile de Perilla, qui inhibe une enzyme responsable des réactions inflammatoires et inhibe aussi la libération d’histamine, source majeure de réaction allergique 1 cuillère à soupe midi et soir à cru dans l’assiette.

- Renforcer la flore intestinale avec des aliments pré et probiotiques (miso, soja, kéfir …) et faire des bouillons de viande maison pour renforcer les muqueuses de l’intestin.

- Consommer également des œufs de caille qui, contrairement aux œufs de poule, ne contiennent pas d’albumine, la molécule allergisante, et modulent les réactions du système immunitaire face aux agressions des pollens.

#2 Quel comportement adopter lors de cette allergie ?

Avant tout, Il est important de connaître le pic pollinique (du 15 mai au 15 juillet en moyenne en pleine, mais 1 mois plus tard en montagne) pour bien se préparer.

- Durant la saison pollinique, bien aérer la maison le matin, l’air de fin de journée étant chargée de pollens, éviter d’aérer et de faire le ménage le soir.

- Se laver les cheveux le soir, afin de réduire la quantité de pollen « emportée » au lit qui pourrait perturber le sommeil, ne pas se déshabiller dans la chambre à coucher, nettoyer régulièrement les tapis et les meubles.

- Par beau temps venteux, lorsque la concentration de pollens est la plus élevée donc, il est conseillé de limiter les séjours à l’air libre et de bien se protéger avec lunettes de soleil, chapeau … penser à changer de vêtements systématiquement en rentrant.

- Ne pas sécher le linge dehors, installer un filtre à pollens dans la voiture et bien l’entretenir, il existe aussi des grilles de protection anti-pollens qui peuvent être utilisées par exemple dans la chambre à coucher.

- Adapter les activités, pas de randonnées en plein champ, surtout l’après-midi, pratiquer des sports plutôt à l’intérieur ou tôt le matin, ou aquatiques … éviter de tondre la pelouse, de planter des végétaux hyper-allergisants …

- Enfin, se rincer le nez matin et soir avec un spray d’eau de mer ou une solution d’eau salée.

- De manière plus générale, éviter la fumée de tabac, car l’irritation continue des voies respiratoires par la fumée augmente la sensibilité des muqueuses au pollen.

#3 Quels remedes naturels puis-je utiliser ?

Il existe plusieurs remèdes pour soulager et contrer le phénomène allergique. L’idéal reste tout de même de demander conseiller à votre naturopathe qui saura déterminer au mieux quel remède est fait pour vous, en fonction de votre corps, votre hygiène de vie, vos besoins.

Voici quelques remèdes naturels efficaces :


- La Quercétine : c’est un bioflavonoïde antioxydant, anti-inflammatoire et antihistaminique – en comprimé dosé à 500mg, 1 en prévention 1 mois avant l’arrivée des pollens et 2 durant la crise allergique.

- Huile de nigelle : stimulante des défenses immunitaires, elle est anti-allergique grâce à sa nigellone, elle réduit les manifestations des rhinites saisonnières liées aux pollens et les démangeaisons cutanées associées – en capsule dosé à 250mg, 2 au petit-déjeuner et 2 au diner, avec un repas contenant de la matière grasse pour faciliter l’assimilation.

- Le Manganèse : C’est un anti-allergique universel, il est donc particulièrement actif sur les terrains d’auto-intoxination et traite les états allergiques. Il est utilisé en tant que modificateur du terrain précisément, en plus de son facteur d’immunité. Le manganèse se complète harmonieusement au Soufre qui est un désensibilisant universel. Celui-ci est un régulateur des terrains allergiques quand il est associé au manganèse.

- L’homéopathie Pollens 9CH – en préventif, une dose de pollen 9CH une fois par semaine, à commencer 2 mois avant la période des pollens et à continuer durant la période allergique (si l’allergie est très ancienne, augmenter la dilution à Pollen 15CH).

- L’huile essentielle d’estragon : anti-allergique, elle agit surtout sur les symptômes respiratoires, particulièrement efficace en prévention appliquer 5gouttes d’huile essentielle d’estragon mélangée à 10 gouttes d’huile végétale de jojoba sur les ailes du nez et les tempes (contre-indiquée chez la femme enceinte et allaitante, l’enfant de moins de 7 ans, chez les personnes allergiques au limonène, chez les asthmatiques et le sujet épileptique)

- Un EPS ½ plantain et ½ desmodium : Le plantain est antihistaminique, antibactérien, antispasmodique et antiviral, idéal pour l’allergie saisonnière avec manifestations de toux et larmoiements. Et le desmodium inhibe l’action de l’histamine sur les muscles lisses, en plus de son effet positif sur le foie, organe clé des réactions d’allergie 1 cuillère à café dans un verre d’eau 3 fois par jour. (Contre-indiqué chez enfant de moins de 12 ans, la femme enceinte et allaitante).

- Rinalgem de Herbalgem : c’est un complexe de bourgeons de plantes à base de cassis, charme, jeunes pousses de ronce et rosier sauvage, conçu pour aider à respirer aisément lors des manifestations allergiques aiguës – 1 pulvérisation buccale maximum 4 fois par jour maximum (contre-indiqué chez les enfants de moins de 12 ans).

J’espère que cet article vous aidera à surmonter l’allergie saisonnière mais surtout, à en comprendre l’origine, la cause, afin de la régler et de ne plus redouter l’arrivée du pollen ! L’aide d’un naturopathe ne pourra qu’être bénéfique pour vous accompagner pleinement dans cette démarche de bonne santé.



Naturellement, Laetitia

Champ de blé
Me suivre sur Instagram
Recevoir la lettre du mois

TROUVEZ MOI SUR :

  • Facebook
  • Instagram

"Les informations présentes sur ce site sont destinées à améliorer votre santé et non pas à remplacer votre consultation chez un médecin."

Tous droits réservés Laetitia Beysang 2020 I 794 366 344 00032