ARRÊTER DE SE COMPARER POUR MIEUX S’INSPIRER

L’inspiration est une chose essentielle pour avancer. S’inspirer c’est admirer une personne qui nous élève, qui nous pousse à être la meilleure version de nous-même.

Néanmoins, beaucoup se concentre sur la comparaison : comparer, c’est regarder quelqu’un et comparer sa situation, son talent, son succès, sa personne ou son physique à nous-même. C’est toujours pour évaluer ce que nous avons, ou n’avons pas. Se comparer n’apporte finalement que du ressentiment négatif et participe à notre manque d’estime de soi contrairement à l’inspiration.

Avez-vous vu cela : POURQUOI BIEN CHOISIR SES COSMETIQUES ?

 

Malheureusement, ce réflexe de comparaison, nous l’avons depuis toujours. Il est bien souvent tiré de la petite enfance, période durant laquelle nous nous imprégnons de ses effets à travers les paroles de nos parents (et pas à notre avantage évidemment) entre “regarde ta soeur, elle est sage elle !” ou “tu aurais pu mieux faire, ton copain a eu une meilleure note que toi !” etc. Entre la comparaison que pouvait faire nos parents, ou la comparaison omniprésente dans le système éducatif, ce comportement est ancré dans notre société. Si bien que se comparer devient un réflexe quasi normal et banalisé, mais qui ne contribue qu’au cercle vicieux du manque de confiance et d’estime de soi – je vous renvoie d’ailleurs à mon article pour retrouver l’estime de soi ici –

 
 

Se comparer aux autres : 3 sentiments

Il y a toujours 3 sentiments qui ressortent lorsque l’on se compare à quelqu’un.

Dans le meme genre : Jeûne ou monodiète : mettre son corps au repos

  • On notera au premier point le manque de confiance en soi, comme évoqué plus haut. Cette dévalorisation est bien souvent due à des croyances limitantes comme “je ne pourrais jamais y arriver” ou “je suis moins bien que lui/elle” …

  • Mais aussi la jalousie : pour tout ce que l’on a pas et que l’on devrait avoir.

  • Et l’envie : à bien différencier de la jalousie car ce comportement consiste plutôt à vouloir posséder quelque chose appartenant à autrui, à envier quelque chose que l’on ne possède pas. C’est plus un sentiment de convoitise à la vue du bonheur ou des avantages de quelqu’un.

 

Alors, comment arrêter de se comparer pour mieux s’inspirer ? Les points à travailler :

 

Savoir dans quel domaine on se compare

En lien direct avec le manque de confiance en soi. En effet, lorsque l’on manque de confiance en soi c’est toujours dans un domaine particulier et à un moment donné. Cela peut donc être le cas au travail et pas auprès de sa famille ou inversement. Repérer cela, en se demandant ce que l’on ressent permet de comprendre ce qui nous pousse à la comparaison pour ensuite, cesser ce comportement.

 

S’entourer des bonnes personnes

Nous sommes la moyenne des 5 personnes avec qui nous passons le plus de temps”. Et oui, ce n’est pas nouveau, les personnes que nous fréquentons le plus ont une grande influence sur nous, nos pensées et nos comportements. Nous avons le droit de choisir les personnes qui nous entourent et c’est même essentiel. SI vous faites partie d’un cercle d’amis qui passe son temps à se comparer, ou jalouser les autres, vous ne pourrez que suivre le mouvement, même involontairement tandis que si votre cercle d’amis n’est que source de bienveillance, positivisme et joie, vous le serez également.

 

Pratiquer le positivisme et la gratitude

Les émotions positives amènent inévitablement à se sentir bien. En effet, elles modifient le cerveau de deux façons :

  • Dans l’instant présent – en élargissant l’esprit, ce qui rend la personne plus détendue, plus créative, plus ouverte au monde.

  • Dans l’avenir – ces sensations agréables influencent le comportement.

Le meilleur outil pour cela est le journal de gratitude. Il existe des livres pré-remplis mais vous pouvez très bien utilisé un simple carnet, dans lequel vous notez chaque jour 5 gratitudes, 5 pensées positives que vous avez eu au cours de la journée ou 5 choses positives qui vous est arrivé aujourd’hui par exemple. C’est extrêmement efficace, croyez-moi !

 

Se concentrer sur ses réussites

Toujours dans le domaine du positivisme, le but ici va être de se concentrer sur ses réussites. Qu’avez vous très bien réussi ces derniers temps ? Quel compliment vous fait-on ? Que ce soit un délicieux gâteau ou la sortie d’un livre, peu importe, il n’y a pas de petite ou grande réussite, c’est VOTRE réussite et ça vaut de l’or.

 

Ne pas oublier que nous sommes tous uniques et tous différents.

Cultivez votre différence ! Se comparer pourquoi ? Pour ressembler aux autres ? Y a t-il un réel intérêt à cela ? Nous avons la chance de vivre dans une société où la différence n’est plus une tare, profitons-en. Soyez la personne que vous êtes au fond de vous, et vous verrez, en étant totalement vous-même, vous allez forcément éveiller du positif et de la confiance en vous-même.

 

Voir ses qualités avant tout

Si vous avez tendance à vous comparer, vous mettez forcément vos défauts en avant. Inversez la tendance en prônant vos qualités ! Faites la liste de vos 5 ou même 10 plus grandes qualités, et mettez les en avant. Chaque jour, prenez le temps d’écrire dans votre journal de gratitude comment vous avez utilisé ou mis en avant chacune de ces qualités. Vous allez retrouver très vite confiance en vous !

 

Oubliez la recherche de perfection

Ce que l’on voit est bien souvent notre vision des choses et pas forcément la réalité objective. Changez vos lunettes. Personne n’est parfait, on le sait tous au fond et c’est ce qui fait aussi le charme de chaque personne sur Terre. Que le monde serait triste si nous étions tous parfait, et qu’aurait-on à apprendre ?

 

S’accepter tout simplement

L’acceptation, une attitude bien difficile mais qui changera votre monde tout entier. Acceptez qui vous êtes est une étape essentielle dans l’accomplissement de soi. Mais pour s’accepter, il faut se connaitre parfaitement. C’est le sujet du prochain podcast qui arrive dans 1 semaine, soyez au rendez vous !

 
 

Le mot de la fin …

Nous avons tous déjà lu/vu le conte Blanche Neige. Rappelez vous de la belle mère devant son miroir – mon beau miroir, dis moi qui est la plus belle, vous situez ? – cherchant ses propres repères pour définir sa beauté tant elle jalousait blanche neige, elle ne la trouva pas, seule la mort de la princesse pouvait l’apaiser.

Dans votre histoire, c’est vous qui tenez le miroir, dans lequel vous voyez votre propre image. A vous de vous assurer qu’à votre reflet, ne se superpose pas l’image des autres. Que votre seule mesure de comparaison soit vous-même, reconnaissez votre propre valeur avant celle des autres.